Les séries

Nous allons suivre les variations dans le temps des :

Agressions

Parmi toutes les délinquances, les agressions constituent la matière la plus sensible, celle qui soulève le plus de controverses, d’initiatives politiques et législatives. C’est malheureusement aussi celle où la mesure de l’évolution est la plus malaisée.

Les variations dans le temps des séries relatives aux agressions porteront successivement sur trois points :

  • L’homicide est rare ;
  • les agressions physiques non mortelles oscillent autour du même ordre de grandeur ;
  • peut-on encore mesurer l’évolution des agressions sans contact physique ?

[Cliquez ici pour voir la page « Agressions »]

 

Vols

Les vols personnels ne concernent qu’une petite fraction de la population résidant en France métropolitaine, qui diminue progressivement au fil des années. Cette victimation se caractérise également par des valeurs qu’il est difficile de faire coïncider avec les données policières.

Les variations dans le temps des séries relatives aux vols personnels porteront successivement sur trois points :

  • de moins en moins de volés ;
  • une comparaison difficile entre enquêtes et statistiques de police ;
  • les vols violents : une série sans tendance.

[Cliquez ici pour voir la page « Vols »]

 

Débits frauduleux

Les débits frauduleux correspondent à des retraits d’argent opérés sur un compte bancaire en utilisant frauduleusement des informations, tel un numéro de carte bancaire. Après une expérience tentée lors de la campagne portant sur les années 2008-2009, cette victimation a été introduite dans l’enquête Cadre de vie et sécurité (CVS) de l’INSEE à partir de l’édition pour les années 2009-2010.

Les variations dans le temps des séries relatives aux débits frauduleux porteront successivement sur trois points :

  • quelques années de forte croissance ;
  • des doutes sur l’ordre de grandeur ;
  • circonstances et suites.

[Cliquez ici pour voir la page « Débits frauduleux »]

 

Cambriolages

L’observation dans la durée des cambriolages concerne seulement la résidence principale ou ses annexes dans la mesure où les cambriolages d’autres lieux ne sont pas pris en compte dans toutes les enquêtes que nous utilisons.

Les variations dans le temps des séries relatives aux cambriolages porteront successivement sur deux points :

  • une baisse de longue durée interrompue en fin de période ;
  • enquêtes et statistiques de police ne concordent guère ;

[Cliquez ici pour voir la page « Cambriolages »]

 

Vols de et dans les voitures

A l’échelle de la France métropolitaine, seul l’indicateur des vols de et dans/sur les voitures permet de suivre l’évolution des atteintes aux véhicules sur le long terme. Si les enquêtes CVS font la distinction entre ces deux types de vols, ce n’est malheureusement pas le cas des neuf premières EPCVM.

Les variations dans le temps des séries relatives aux atteintes aux voitures porteront successivement sur trois points :

  • une baisse continue ;
  • des sources convergentes ;
  • sous la tendance d’ensemble, des victimations très diverses.

[Cliquez ici pour voir la page « Vols de et dans les voitures »]

 

Ensemble des vols et cambriolages

Cambriolages et vols de et dans/sur les voitures sont des victimations ‘de ménage’. S’agissant d’atteintes à la résidence ou aux véhicules d’une unité de vie, elles concernent l’ensemble des personnes qui y réside. Au contraire, les vols personnels, qu’ils soient accompagnés de violence ou non, concernent spécifiquement l’enquêté. Il est cependant possible de travailler sur l’ensemble des estimations d’incidence puisqu’on parle alors de faits et non plus de personnes.

Les variations dans le temps des séries relatives à l’ensemble des vols et cambriolages porteront successivement sur deux points :

  • une décennie et demie de baisse ;
  • une baisse limitée après une longue période de hausse très marquée.

[Cliquez ici pour voir la page « Ensemble des vols et cambriolages »]

 

Renvoi par la victime à la police

Les infractions à victimes directes – vols, cambriolages, dégradations, agressions… – sont essentiellement portées à la connaissance des institutions (notamment la police ou la gendarmerie) par les victimes elles-mêmes. Leur propension à opérer ce ‘renvoi’ constitue donc une variable cruciale.

Les variations dans le temps des séries relatives au renvoi par la victime à la police porteront successivement sur trois points :

  • une propension au renvoi très variable selon les victimations ;
  • des taux de renvoi assez stables dans le temps ;
  • tout renvoi ne débouche pas sur une plainte.

[Cliquez ici pour voir la page « Renvoi par la victime à la police »]

 

Renvoi par la victime à l’assurance

Les résultats de cette